fbpx
0
  • Frais de livraison 6€
  • Total 6.00€

Le commerce équitable n’est-il pas une forme d’assistanat envers les pays pauvres?

Commerce équitable
Le commerce équitable n’est-il pas une forme d’assistanat envers les pays pauvres?

Non, c’est justement ce qui distingue le commerce équitable de l’aide au développement. Le slogan « le commerce plutôt que la charité », énoncé par une série de pays en voie de développement dans les années 60, résume ce grand principe du commerce équitable. A la différence des programmes d’aide au développement, accusés de perpétuer les hiérarchies héritées de la colonisation, l’idée est ici d’accompagner et d’autonomiser les populations marginalisées du Sud afin qu’elles prennent leur développement en main. De valoriser auprès des consommateurs du Nord leur créativité, leur imagination et leurs initiatives.

Comment s’y prend-on ? Tout simplement en changeant les règles du jeu. Les règles du commerce mondial sont profondément injustes car basées sur la maximisation des profits. Elles mettent en concurrence des producteurs aux capacités extrêmement inégales et entrainent la surexploitation des ressources naturelles. En contraste avec ces règles, ou plutôt à cette absence de règles, le commerce équitable est un « partenariat commercial fondé sur le dialogue, la transparence et le respect […], qui offre de meilleures conditions commerciales et garantit les droits des producteurs et des travailleurs marginalisés, tout particulièrement au Sud de la planète ». Le commerce équitable, c’est donc une réponse aux inégalités. Un modèle économique alternatif qui tente de remettre l’économie au service de l’humain et de son environnement.

Très militant à ses débuts dans les années 60, le commerce équitable a depuis considérablement accru ses volumes, tout en se diversifiant et se professionnalisant. Ces évolutions sont notamment liées à l’apparition, à la fin des années 80, des labels équitables, qui assurent la traçabilité des conditions de production. A côté des marques et magasins spécialisés tels qu’Oxfam, on trouve maintenant du café, du chocolat, des cosmétiques ou encore des vases équitables un peu partout, par exemple dans les supermarchés ou même sur Internet.